Deuxième fermeture : le salon de thé veut éviter la galère